Ce programme du Bureau vise à appuyer la défense des droits de l’enfant en contact avec les systèmes de justice pénale et civile, et ultimement de veiller à ce que leur intérêt supérieur soit pris en compte au cours et au terme des procédures lorsque des jugements sont susceptibles de les toucher. Le Bureau procède ainsi à l’analyse approfondie et multidisciplinaire du fonctionnement des systèmes de justice pour mineurs, et formule des recommandations concrètes qui sont en phase avec les impératifs de protection envers lesquelles les États se sont engagés.

Comment agissons-nous?

La recherche appliquée

Le Bureau veille à la protection des enfants victimes et témoins d’actes criminels, en réponse aux besoins d’assistance exprimés par les gouvernements et les professionnels œuvrant dans le domaine ainsi que par les enfants eux-mêmes. Dès sa création, le Bureau entame des recherches sur les normes et lois déjà en place, dont la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE) et la Déclaration des principes fondamentaux de justice relatifs aux victimes de la criminalité et aux victimes d’abus de pouvoir. Les travaux du Bureau portent également sur les pratiques développées en matière de protection des enfants victimes et témoins d’actes criminels, dans le respect de la diversité des systèmes et traditions juridiques. Le Maroc, l’Angola, Djibouti et les Philippines ont ainsi sollicité le Bureau pour des évaluations et des analyses de goulots d’étranglement de leur système juridique des mineurs.

Le renforcement des capacités des forces de sécurité et de la justice

Depuis 2012, le Bureau n’a cessé d’accroitre ses actions dans ce domaine, en particulier auprès des forces de sécurité, des travailleurs sociaux et du personnel de la justice. Adoptant une approche ancrée dans la compréhension intime des systèmes de protection de l’enfant, le Bureau implique les acteurs et revoit les modes de formation et de renforcement des capacités des corps professionnels avec une perspective durable. De nouveaux modules andragogiques sont alors développés et intégrés au curriculum permanent des centres d’instructions nationaux. Des cycles complets ont été complétés au Burundi, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Niger, au Sénégal, en Tunisie et au Yémen alors que d’autres sont encore en cours au Burkina Faso, au Costa Rica,  au Togo, au Tchad, en Afghanistan ou encore en République démocratique du Congo.

La coopération volontaire au service de la justice pour enfants

Projet-PCVDepuis 2015, le Bureau a débuté une initiative de coopération internationale en consortium avec Avocats sans frontières Canada et financée par Affaires mondiales Canada. Ce programme d’une durée de cinq ans vise l’amélioration de la protection des droits des enfants, des femmes et des collectivités en situation de marginalisation, ainsi que le renforcement de la démocratie et de la primauté du droit par l’accès à la justice. Plus de deux cents professionnels canadiens sont déployés auprès de partenaires sur le terrain en Amérique centrale, dans les Andes, en Afrique de l’Ouest et en Afrique du Nord.

Nos autres domaines d’interventions