Projets

Programme de coopération volontaire : Protection des droits des enfants, femmes et collectivités vulnérables (PRODEF)


Donner ton énergie et tes connaissances à un travail qui peut provoquer un impact direct dans la vie des personnes les plus vulnérables d’une société, représente une expérience inestimable qui transcende notre propre développement professionnel.
Claudia Nuñez, Conseillère juridique volontaire au sein de l’Association CHS Alternativo.

Durée du projet : 2015 - 2020

Depuis plusieurs décennies, le gouvernement du Canada permet à des centaines de jeunes professionnels canadiens bénévoles de mettre leur expertise au service d’organisations de pays en développement par l’intermédiaire de son Programme de coopération volontaire (PCV). En 2014, le ministère des Affaires mondiales du Canada a lancé un appel à propositions afin d’élargir le PCV à d’autres organisations canadiennes. C’est dans ce contexte que l’IBCR s’est associé à Avocats sans frontières Canada afin de mettre sur pied un projet de cinq ans destiné à renforcer le système de justice des pays concernés.

Nos objectifs :

Le projet, approuvé en mai 2015, prévoit ainsi le déploiement de jeunes professionnels (juristes, spécialistes en ressources humaines, travailleurs sociaux dans neuf pays d’Afrique et des Amériques, dans le but de soutenir la protection des droits des femmes et des enfants ainsi que la primauté du droit par l’accès à la justice. Au cours des années à venir, ce sont près de 20 organisations, telles que la Fundación Paniamor au Costa Rica, l’association BAYTI au Maroc, CHS Alternativo au Pérou, Amal pour la Famille et l’Enfant en Tunisie ou encore, l’association des Femmes Juristes de Côte d’Ivoire, qui accueilleront des coopérants et coopérantes pour des séjours de plusieurs mois. En tout, ce sont plus de cent volontaires canadiens qui seront envoyés sur le terrain. Ces derniers viendront appuyer ces structures locales au moyen d’activités de renforcement des capacités et bénéficieront, en contrepartie, d’une expérience de travail hors du commun dans le domaine du développement international, qu’ils pourront faire valoir à leur retour au Canada.

L’IBCR et ses partenaires espèrent ainsi une amélioration de la protection des droits de la personne dans des collectivités vulnérables de même que le développement des compétences des partenaires concernés. Les jeunes professionnels envoyés en mission seront à même de faire évoluer les pratiques en offrant des conseils, des formations et en apportant un soutien technique et méthodologique au personnel des organisations impliquées dans le projet. Mais l’expérience doit également permettre une plus grande mobilisation des canadiens à l’égard des enjeux de développement international.

Le programme de coopération volontaire a été lancé lors du Forum « Violences sexuelles : quels accompagnements pour les victimes » organisé conjointement par l’IBCR et Avocats sans frontières Canada. Depuis, ce sont quelque 14 conseillers juridiques et deux conseillers en gestion organisationnelle qui ont été envoyés sur le terrain.

  • Lieux d'intervention : 9 pays prenant part au projet : Colombie, Costa Rica, Côte d’Ivoire, Guatemala, Haïti, Honduras, Maroc, Pérou et Tunisie
  • Durée du projet : 2015 à 2020
  • Partenaires :
    • Ministère des Affaires mondiales du Canada, Avocats sans frontières Canada, Amal pour la Famille et l’Enfant (Tunisie), association Bayti (Maroc), Asociación Pro Derechos Humanos (Pérou), Association des Femmes Juristes de Côte d’Ivoire, Bufete de derechos humanos (Guatemala), Centre pour la recherche et la promotion des droits de l'homme (Honduras), Centro para la Acción Legal en Derechos Humanos (Guatemala), CHS Alternativo (Pérou), Collectif contre l’impunité (Haïti), Office de la protection du Citoyen (Haïti), Comité de Familiares de Detenidos – Desaparecidos en Honduras, Corporación Humanas (Colombie) Fundación Paniamor (Costa Rica), Instituto Promoviendo Desarrollo Social (Pérou), Kay Fanm -avec MOUFHED et SOFA (Haïti).
  • Faits saillants :
    • 9 pays impliqués dans le projet
    • Près d’une vingtaine d’organisations partenaires
    • Une centaine de coopérants devant prendre part à des missions
  • Champs d’action et d’expertise :
    • Renforcement des capacités
    • Enfants en situation d’urgence
    • Enfants et justice