Luis Ernesto Pedernera Reyna

luis pedernera

Luis Ernesto Pedernera Reyna a été président du Comité des droits de l’enfant des Nations unies, avec un mandat pour la période 2017/2021, élu par acclamation et également la première personne latino-américaine et hispanophone à avoir présidé cet organe. Il a été vice-président de la réunion des présidents des organes de traités de l’ONU. Il a été coordinateur de la journée de débat général «Renforcer les enfants en tant que défenseurs des droits de l’homme» qui s’est tenue en 2018.

Il est membre du groupe de travail sur les pétitions individuelles du troisième protocole à la Convention relative aux droits de l’enfant. Il s’est rendu dans des pays de différentes régions du monde à l’invitation d’États, d’institutions nationales des droits de l’Homme, de bureaux de défense de droits de l’enfance, d’agences des Nations unies et d’organisations de la société civile pour soutenir la diffusion et la mise en œuvre des conclusions et recommandations.

Membre du Comité académique du Certificat d’études supérieures en justice juvénile de l’Université de Genève et de l’Institut du droit de l’enfant. Il est conférencier invité dans des cours de premier et de troisième cycle en Uruguay et à l’étranger et est l’auteur de nombreux articles sur les droits de l’enfant dans des publications spécialisées et universitaires.

Président du Comité scientifique du Congrès mondial sur la justice pénale pour mineurs qui se tiendra au Mexique en 2021. Il est membre du conseil d’administration du Forum africain sur la politique de l’enfance. Il a été secrétaire exécutif de la Coalition uruguayenne pour le suivi de la Convention sur les droits de l’enfant. Il a été membre du Conseil national consultatif honoraire pour l’enfance et l’adolescence, un organisme de coordination créé par le Code de l’enfance et de l’adolescence en Uruguay. Il a été membre du conseil d’administration de l’IELSUR (Instituto de Estudios legales y Sociales del Uruguay). Il a été membre du Conseil de coordination du Réseau latino-américain et des Caraïbes pour les droits des enfants et des adolescents (REDLAMYC), où il représentait la sous-région Sud (Argentine, Brésil, Chili, Paraguay et Uruguay).

Il a une grande expérience dans le suivi des systèmes de justice pénale pour adolescents, a visité et coordonné des équipes de travail pour l’inspection des centres de détention pour enfants, en Uruguay et dans d’autres pays, travaillant spécifiquement dans la lutte contre la torture.

En 2011, il a fondé la Commission nationale contre l’abaissement de l’âge de l’imputabilité, qui s’est efforcée d’arrêter la réforme constitutionnelle qui, en 2014, a tenté de faire juger les adolescents par la justice pénale pour adultes.