Projets

Programme de coopération volontaire : Protection des droits des enfants, femmes et collectivités vulnérables (PRODEF)


Donner ton énergie et tes connaissances à un travail qui peut provoquer un impact direct dans la vie des personnes les plus vulnérables d’une société, représente une expérience inestimable qui transcende notre propre développement professionnel.
Claudia Nuñez, Conseillère juridique volontaire au sein de l’Association CHS Alternativo.

Durée du projet : 2015 - 2020

En 2014, Affaires mondiales Canada a lancé un appel à propositions pour le renouvellement du programme de coopération volontaire (PCV), ouvrant le programme à de nouvelles organisations canadiennes. C’est dans ce contexte que le consortium formé par Avocats sans frontières Canada (ASFC) et par l’IBCR a présenté son projet de Protection des droits des enfants, femmes et collectivités vulnérables (PRODEF) d’une durée de cinq ans. Approuvé en mai 2015 par le gouvernement canadien, le programme a été mis en œuvre dès l’été de cette même année.

Nos objectifs 

Premier projet de ce genre mené par l’IBCR, le PRODEF visait l’amélioration de la protection des droits des enfants, des femmes et des collectivités en situation de pauvreté ou de marginalisation. Il ciblait également le renforcement de la démocratie et un meilleur accès à la justice dans les pays concernés. Ce projet a cherché à répondre à d’importants défis, tels que la protection insuffisante des droits de l’enfant, l’impunité, l’inégalité dans l’exercice des droits et les pratiques discriminatoires, l’accès limité à la justice, la corruption, etc.

Pour ce faire, des canadiennes et des canadiens ont été déployés pour apporter des compétences techniques spécialisées et des méthodologies (en droit, communication, travail social ou encore gestion organisationnelle) au sein des organisations partenaires afin d’appuyer la prévention, la promotion, la protection et la défense des droits humains dans les pays concernés. Pendant un séjour allant de deux semaines à plusieurs mois, les coopérantes et coopérants volontaires mettent leurs connaissances et compétences au service du travail réalisé par les organisations partenaires.

Ce programme permet aux Canadiens d’acquérir une expérience unique et de contribuer, par la suite, à la sensibilisation du public aux enjeux de la coopération internationale et aux problématiques liées aux droits des femmes, des enfants et des communautés vulnérables.

Entre 2015 et 2020, plus de 70 coopérantes et coopérants volontaires ont été déployés par le consortium ASFC-IBCR au sein d’organisations partenaires dans 9 pays (Colombie, Costa Rica, Côte d’Ivoire, Guatemala, Haïti, Honduras, Maroc, Pérou, Tunisie). Ils ont ainsi permis d’améliorer la situation de milliers des femmes, d’enfants, et de jeunes issus de collectivités communautés marginalisées, en renforçant leurs droits et leur accès à la justice.

26 coopérantes et coopérants ont été déployés par l’IBCR, pour un total de 36 mandats.

Réalisations 

Au cours des 5 années du projet, le Bureau et son partenaire de consortium ont pu réaliser les résultats suivants :

  • Une protection accrue des droits de 24 906 personnes, dont 4128 femmes et 17 221 enfants, grâce à l’appui des volontaires
  • 9207 personnes sensibilisées à leurs droits, dont 5 194 femmes et filles
  • Une meilleure représentation juridique pour plus de 4 186 victimes de violations des droits humains dont 2 126 femmes ou filles
  • Plus de 300 dossiers traités devant les instances internationales en lien avec des violations graves des droits humains (disparitions forcées, traite de personne, génocide et violences sexuelles…)
  • Plus de 31 propositions législatives élaborées en faveur des droits des enfants, des jeunes et des femmes;
  • Environ 1 808 personnes dont 858 femmes formées au sein des organisations partenaires

 

Exemples de contribution des personnes coopérantes dans en Colombie 

Notre partenaire en Colombie : Coalition contre l’utilisation et le recrutement d’enfants dans le cadre du conflit armé colombien (COALICO)

  • Contribution à la rédaction du projet de loi créant la « juridiction spéciale pour la paix », approuvée en mars 2017, qui permet la création d’un système intégral de vérité, de justice, de réparation et de non-répétition.
  • Approfondissement des connaissances de l’organisation partenaire sur la situation des enfants dans la société post-conflit, renforçant ses capacités de plaidoyer pour transformer de façon positive les situations générées par le conflit armé pour les enfants, et permettant la tenue de plusieurs ateliers auprès de communautés et de groupes d’adolescentes et d’adolescents pour les sensibiliser aux droits de l’enfant dans un contexte de conflit armé.
  • Instauration d’un dialogue avec les institutions gouvernementales et les autorités de la région frontalière de la Colombie et du Venezuela à propos de la situation et des conséquences des déplacements forcés pour les enfants et les adolescents dans les démarches de retour et de relocalisation.
  • Lieux d'intervention : 9 pays prenant part au projet : Colombie, Costa Rica, Côte d’Ivoire, Guatemala, Haïti, Honduras, Maroc, Pérou et Tunisie,
  • Durée du projet : 2015-2020
  • Partenaires :
    • Affaires mondiales Canada, Avocats sans frontières Canada, Amal pour la Famille et l’Enfant (Tunisie), association Bayti (Maroc), Asociación Pro Derechos Humanos (Pérou), Association des Femmes Juristes de Côte d’Ivoire, ASFC Colombia (Colombie), ASFC Guatemala (Guatemala), Bufete de derechos humanos (Guatemala), Centre pour la recherche et la promotion des droits de l'homme (Honduras), CIPRODEH (Honduras), COFADEH (Honduras), Centro para la Acción Legal en Derechos Humanos (Guatemala), CHS Alternativo (Pérou), Collectif contre l’impunité (Haïti), Office de la protection du Citoyen (Haïti), Comité de Familiares de Detenidos – Desaparecidos en Honduras, Corporación Humanas (Colombie) Fundación Paniamor (Costa Rica), Instituto Promoviendo Desarrollo Social (Pérou), Kay Fanm -avec MOUFHED et SOFA (Haïti).
  • Faits saillants :
    • 110 mandats de coopération volontaire, dont 41 mandats IBCR
    • 9 pays bénéficiaires
    • 28 partenaires
    • Un site internet dédié : http://www.cooperationvolontaireasfcibcr.com/
    • Une meilleure protection des droits de 24 906 personnes, dont 4 128 femmes et 17 221 enfants, grâce à l’appui des volontaires
    • 9 207 personnes sensibilisées à leurs droits, dont 5 194 femmes et filles
    • Une meilleure représentation juridique pour plus de 4 186 victimes de violations des droits humains, dont 2 126 femmes ou filles
    • Plus de 300 dossiers traités devant les instances juridiques en lien avec des violations graves des droits humains (disparitions, traite des personnes, génocide, violences sexuelles, etc.)
    • 31 propositions législatives élaborées en faveur des droits des enfants, des adolescentes et des adolescents et des femmes
    • Plus de 350 ateliers organisés
    • Plus de 1 800 personnes, dont 858 femmes, formées au sein des organisations partenaires
  • Champs d’action et d’expertise :
    • Renforcement des capacités
    • Le plaidoyer et l’accompagnement institutionnel
    • Les outils, guides de références et développements normatifs
    • L’animation de formations
    • Enfants en situation d’urgence
    • Exploitation sexuelle des enfants
    • Violence à l’encontre des enfants
    • Systèmes de protection de l’enfant
    • Enfants et justice

Voir tous nos projets