Prévenir et lutter contre les violences sexuelles et sexistes faites aux enfants au Burkina Faso

Afin d’accompagner les efforts entrepris dans le domaine de la protection de l’enfant, le Bureau international des droits des enfants s’engage depuis 2021, aux côtés de l’État burkinabè, dans un nouveau projet de cinq ans (2021-2026) Biig -Yi- Nere, «pour le bien-être de l’enfant» en langue Mooré, visant à réduire les violences sexuelles et sexistes exercées à l’encontre des enfants, et en particulier des filles.

Après un premier projet de 6 ans dans le pays de 2015 à 2021, ce nouvel engagement a pour objectif de réduire les violences sexuelles et sexistes faites aux enfants, et repose sur trois actions clés :

1.

L’amélioration de la coordination entre les secteurs impliqués dans la lutte contre ces violences

2.

Le renforcement des compétences des professions impliquées

3.

L’autonomisation des enfants eux-mêmes, en particulier des filles, dans la promotion de leurs droits

À travers cette initiative, l’IBCR cherche également à mettre l’accent sur l’égalité entre les genres et sur le renforcement du rôle et du pouvoir des filles et des garçons dans les décisions qui les concernent.

La protection de l’enfant est encore un des grands enjeux de développement du Burkina Faso parce que les enfants sont toujours exposés à plusieurs risques et situations de vulnérabilités rendant les défis multiples et immenses. 
Hélène Marie Laurence ILBOUDO née MARCHAL, ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire du Burkina Faso, en 2020

Dans le cadre de ce projet, l’IBCR travaillera avec trois secteurs-clés de la protection de l’enfant : 

Les institutions et structures étatiques.

L’IBCR travaillera avec les membres des forces de défense (forces armées et gendarmerie) et de sécurité (police, brigades régionales de protection de l’enfant), du personnel du travail social, de la santé, de la justice (magistrature et gardes de sécurité pénitentiaire) et des services éducatifs et scolaires. Des formations et des outils seront mis en place afin de leur permettre d’adopter des pratiques respectueuses des droits de l’enfant et de lutter contre les violences plus efficacement. 

Les réseaux et cellules communautaires de protection de l’enfant.

Des formations et des outils seront créés afin de renforcer leur capacités à prévenir et lutter efficacement contre les violences sexuelles et sexistes faites aux enfants, en particulier aux filles. 

Les filles et les garçons.

Leur rôle et leur mobilisation en tant que sujets de droit seront renforcés afin de leur permettre de participer davantage à leur propre protection, par un soutien technique auprès de plusieurs associations nationales qui travaillent avec des enfants. 

Par la mise en œuvre de ce projet, l’IBCR et ses partenaires visent à contribuer à la création d’un environnement où tous les enfants peuvent revendiquer et exercer leurs droits, leur garantissant de ne pas être exposés aux violences sexuelles et sexistes.

En savoir plus sur le projet

Lire la brochure du projet

 

AMC-EN

Ce projet est rendu possible grâce au soutien financier d’Affaires mondiales Canada.