Projets

LA LUTTE CONTRE LA TRAITE DES PERSONNES

Atelier thématique - 2016

Une forme moderne d’esclavage et une des plus sévères violations des droits de la personne

Durée du projet : 2015 - 2018

La traite des êtres humains est un problème grave qui affecte des millions de personnes à travers le monde, y compris les enfants. À l’heure actuelle, elle est considérée comme une forme moderne d’esclavage et l’une des plus graves violations des droits de la personne. Le Costa Rica n’est pas à l’abri de ce phénomène. Au cours de la dernière décennie, le pays a ratifié les principaux instruments applicables en la matière, promulgué des lois, des règlements et des protocoles, tout en mettant en œuvre des réformes institutionnelles visant à lutter contre la criminalité et à protéger les victimes. Cependant, la complexité de la traite des personnes et des crimes qui y sont associés place le pays devant des défis importants en matière de prévention, de protection, de poursuites pénales et de compensation des victimes de ces crimes.

Nos objectifs :

  • Une meilleure application des lois, des politiques et des procédures.
  • Une action institutionnelle améliorée et coordonnée.
  • Une amélioration des mécanismes de prévention et de signalisation des délits de la part des autorités, des membres de la communauté et du secteur touristique.

Pour parvenir à ces résultats, il est essentiel de renforcer les capacités des professionnels engagés dans la surveillance, la prévention, les enquêtes et la poursuite des délits liés à la traite de personnes, en particulier des enfants. Des ateliers de formation spécifiques portant, entre autres, sur la réglementation internationale, les caractéristiques qui définissent une personne mineure et les procédures judiciaires encourues en cas de traite des personnes ont ainsi eu lieu tout au long de l’année. Étaient directement concernés les agences publiques membres de la Coalition nationale contre le trafic illicite de migrants et la traite des personnes (CONATT), le pouvoir judiciaire ainsi que les écoles et les unités de formation des secteurs de la police (police routière, frontalière, touristique, de migration et de surveillance aérienne).

Partage des pratiques et des expériences au niveau régional

La traite des personnes étant un crime national et transnational, les échanges sur les bonnes pratiques et sur les défis à relever ainsi que le partage de connaissances entre pays d’une même région s’avèrent capitaux. L’IBCR a ainsi misé sur une présence régionale accrue et des partages d’expériences professionnelles entre pays transfrontaliers au moyen de voyages d’échange (Colombie et Panama), de participation à des séminaires spécifiques à la traite ou encore d’une collaboration à la création du Centre de gestion des connaissances latino-américain.

  • Lieux d'intervention : San José, Jaco, Parrita, Quepos, Limon, Neilly, La Cruz
  • Durée du projet : 2015 à 2018
  • Partenaires :
    • Affaires mondiales Canada, Gendarmerie royale du Canada, Ambassade du Canada au Costa Rica, École nationale de police, École de justice, École nationale de police (ENP), École judiciaire (EJ), Service d'enquête judiciaire (OIJ) et du Bureau du procureur général (MP), Coalition nationale contre le trafic illicite de migrants et la traite de personnes (CONATT), Bureau du procureur adjoint contre la traite de personnes et le trafic illicite des migrants (FACTRA), Coalition nationale contre l’exploitation sexuelle à des fins commerciales (CONACOES), et organisations de la société civile costaricaine.
  • Faits saillants :
    • Organisation de rencontres bilatérales pour un partage de connaissances et d’expériences sur le sujet de la traite
    • Organisation de trois ateliers thématiques avec des professionnels des forces de sécurité et de justice
    • Consultations avec des enfants
    • 144 participants impliqués dans le processus de formulation des stratégies de collaboration entre le « secteur privé » (travailleurs informels de l’industrie du tourisme) et les agences publiques partenaires du projet
    • 142 femmes impliquées dans les activités de préparation et de lancement de l’état des lieux
    • 216 participants dans le cadre des activités entre le 1er octobre 2016 et le 31 mars 2017
  • Champs d’action et d’expertise :
    • Renforcement des capacités
    • La recherche appliquée
    • Le plaidoyer et l’accompagnement institutionnel
    • Les outils, guides de références et développements normatifs
    • L’animation de formations
    • Exploitation sexuelle des enfants
    • Enfants et justice