Projets

Renforcement des capacités des forces de maintien de la paix de l’union africaine sur la protection de l’enfant

Visite du village d’enfants Sakina, Mali


J’ai participé à des opérations avec mes hommes, au cours desquelles nous avons rencontré des enfants. Nous avons réussi à les retirer de cette zone qui présente tant de risque pour eux.[…] Nous avons pu accomplir ceci car nos soldats ont été entraînés à le faire.
Commentaire d’un répondant formé, sondage IBCR/Save the Children 2013

Durée du projet : 2013 - 2016

Les conflits et les violences armés continuent de faire vivre des expériences bouleversantes à des enfants africains. Plusieurs régions du continent sont confrontées à des conflits larvés, alors que d’autres sont de plus en proie à l’extrémisme et le radicalisme, ce qui entraine des déplacements de population et une dégradation des conditions de vie et d’hygiène. Les enfants courent également le risque  d’être recrutés ou utilisés par les forces armées et groupes armés et d’être contraints à servir en tant que combattants, cuisiniers, porteurs, messagers, ou esclaves sexuels. Ces détournements ont évidemment des conséquences désastreuses non seulement pour leur sécurité et leur bien-être, mais aussi pour leur éducation et leur participation, les privant d’opportunités de développement et de réalisation de leur plein potentiel.

Alors que les frontières entre guerre et paix, entre zones de combats et espaces sécuritaires, entre civils et militaires ne cessent de se brouiller, les enfants deviennent plus que jamais sujets aux violences et aux abus. Dans ce contexte, les forces de maintien de la paix, qui se retrouvent de plus en plus au contact des enfants, doivent pouvoir leur venir en aide et garantir le respect de leurs droits.

Toutefois, les études réalisées par le Bureau dans le cadre de sa collaboration avec le Département des Opérations de Maintien de la Paix révèlent que le cadre de formation est souvent inadéquat pour réellement outiller et préparer  le personnel militaire et policier sur ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire pour promouvoir et protéger les droits de l’enfant dans un contexte d’urgence. Suite à des échanges souvenus avec l’Agence suédoise de Développement international et l’Union africaine, l’importance d’offrir à ces troupes de maintien de la paix une formation adéquate a été mise en exergue. C’est dans cet esprit qu’a été mis en place en 2013 le Programme de renforcement des capacités des forces de maintien de la paix sur la protection de l’enfant en Afrique de l’Ouest, du Centre et del’Est, grâce au partenariat entre Save the Children, les forces de déploiement rapide de l’Union africaine et l’IBCR.

Nos objectifs :

Le projet participe à un vaste programme de protection des enfants en contact avec les opérations de maintien de la paix de l’Union africaine et des différents regroupements sous régionaux comme la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ou encore la Communauté d’Afrique de l’Est, avec pour ambition de doter les forces de déploiement rapide d’outils et de stratégies de formation harmonisées.

Dans un premier temps, l’IBCR en collaboration avec Save the Children, a effectué une analyse contextuelle et a procédé à une évaluation des connaissances, des attitudes et des comportements dans les forces de maintien de la paix sur le respect des droits de l’enfant dans leur pratique professionnelle quotidienne. À cette fin, l’IBCR a participé à un total de plus de 15 missions en Afrique l’Ouest, du Centre et de l’Est couvrant une dizaine de pays, et a procédé à une revue de littérature ainsi qu’à une vaste consultation menée auprès des participants et formateurs au sein des programmes de formation en protection de l’enfant de Save the Children. Les informations recueillies ont ainsi donné lieu à la rédaction d’un rapport permettant, entre autres, d’évaluer les besoins réels en formation. Une analyse contextuelle régionale a également été publiée, pour situer les besoins de renforcement des capacités des forces de maintien de la paix en protection de l’enfant dans le contexte des facettes changeantes des conflits armés.

À l’issue de cette analyse préliminaire, l’IBCR a mis au point un programme de formation approfondi totalisant 80 heures de cours axés sur le développement de compétences et destiné au personnel policier et militaire des équipes de déploiement rapide des trois régions visées. L’accent a particulièrement été mis sur une série de six compétences essentielles, déterminées à l’occasion d’un atelier qui s’est tenu à Niamey en 2011 rassemblant une quinzaine de délégations, et que tout représentant des forces de maintien de la paix devrait maîtriser avant son déploiement sur le terrain. Ces compétences ont été adaptées au contexte des opérations de maintien de la paix et ont été validées par les représentants régionaux lors de divers ateliers tenus à Nairobi en mars 2015.

Afin d’appuyer ces modules de formation, deux trousses de formation initiale ont été confectionnées, comportant chacune six instruments de référence, à savoir :

  • Un guide de facilitation destiné à aiguiller l’animateur de la formation sur la manière de dispenser le cours
  • Un cahier de l’apprenant regroupant les éléments de cours devant être maîtrisés par les apprenants
  • Une trousse d’évaluation comportant les sujets d’examen ainsi que des formulaires d’évaluation de la formation
  • Un manuel des documents d’appui regroupant les études de cas examinées en cours
  • Un guide de référence juridique faisant état des différents textes de loi pertinents en matière de droits de l’enfant
  • Un guide de poche synthétisant les informations capitales, à conserver sur soi pendant les missions

Des consultations avec des enfants au Mali, en Côte d’Ivoire et en Ouganda ont permis de recueillir leur point de vue et de produire une matériel audiovisuel qui a enrichi les trousses de formation.

Enfin, les trousses ont été mises à l’épreuve lors de divers ateliers tenu à Bamako au Mali, à Nairobi au Kenya, à Bujumbura au Burundi et à Kigali au Rwanda et qui a rassemblé des représentants des différents pays ciblés par la formation, dont des formateurs des écoles régionaux de maintien de la paix de Bamako, du Ghana, du Nigéria, du Kenya et du Rwanda et des dignitaires de la CEDEAO. Au cours de ces deux semaines de travail, les participants ont été invités à émettre leurs commentaires et recommandations dans le but de parfaire le contenu des trousses.

En novembre 2015, les trousses de formation francophones et anglophones ont été validées lors d’un atelier qui s’est déroulé au siège de la CEDEAO à Abuja au Nigéria, pour enfin être présentées à l’Union africaine en début 2016.

Témoignage d’une jeune fille

Nous avions tellement peur d’aller là-bas ; ils nous avaient dit que nous serions tuées par les soldats du gouvernement. Mais ce n’est pas ce qui s’est produit. Lorsque nous sommes arrivées, au début, ils étaient très surpris. Ils se sentaient très mal denous voir dans cet état. Nos corps étaient marqués de cicatrices, et nos enfants n’avaient même pas l’allure d’enfants, car ils étaient sous-alimentés.Ils nous ont préparé du gruau. Ils nous ont dit de nous laver, et ils nous ont donné à manger. Ils nous ont fourni de la nourriture et demandé de cuisiner nous-mêmes. Ils nous ont donné une hutte en paille. Après deux jours, ils nous ont conduites au centre deréhabilitation de Lira. Les soldats ont été bons avec nous ; ils nous ont encouragées, nous disant qu’ils nous ramenaient auprès des nôtres, que nous étions chez nous maintenant.

Jeune fille rapatriée, nord de l’Ouganda

Entrevue avec une jeune fille rapatriée, Children Youth as Peacebuilders, Save the Children

  • Lieux d'intervention : Une trentaine de pays, dont le Burundi, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, le Ghana, la Guinée, le Kenya, le Libéria, le Mali, le Niger, le Nigeria, l’Ouganda, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, le Rwanda, le Sénégal, le Soudan, le Sud-Soudan, le Tchad, et le Togo
  • Durée du projet : 2013 à 2016
  • Partenaires :
    • Save the Children, Child as Peacebuilders (CAP), Agence suédoise de Développement international , Les forces en attente de l’Afrique de l’Est, La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Les centres d’excellence et écoles de maintien de la paix des régions concernées
  • Faits saillants :
    • Une trentaine de pays concernés
    • 15 missions en Afrique de l’Est et en Afrique de l’Ouest
    • Mise au point de cours totalisant 80 heures de formation
    • Élaboration de deux trousses de formation en français et en anglais
    • Organisation d’ateliers pilotes de formation de formateurs au Burundi, au Kenya, au Mali, et au Rwanda
    • Une quarantaine de filles et de garçons impliqués dans des consultations et des ateliers en Côte d’Ivoire, au Mali et en Ouganda
  • Champs d’action et d’expertise :
    • Enfants en situation d’urgence