Projets

Renforcement des capacités des forces de sécurité, du personnel de justice et des travailleurs sociaux en protection de l’enfant

Premier cours donné par nos partenaires, Secteur de la justice, 2018


Promouvoir et protéger les droits de tous les enfants sur notre territoire, sans exclusion
Laure Zongo, ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille du Burkina Faso

Durée du projet : 2015 - 2020

À l’instar de plusieurs secteurs au Burkina Faso, les domaines de la justice, de la sécurité et du travail social souffrent de certains dysfonctionnements, affectant l’accès des enfants, notamment des plus vulnérables d’entre eux, aux services auxquels ils ont droit. Le personnel du secteur de la justice, des forces de sécurité et du secteur social ne bénéficie pas de formation professionnelle et plus particulièrement d’outils et de compétences adéquats pour écouter les enfants et gérer les affaires les impliquant. Au moyen d’un projet multiannuel (2015-2020) financé par Affaires mondiales Canada, l’IBCR renforce les capacités de ces professionnels par une approche participative et multisectorielle.

Nos objectifs

Pour des services sociaux, judiciaires et sécuritaires plus respectueux des droits des filles et des garçons burkinabé, trois actions-clés sont ciblées :

  • Intégrer des modules de formation obligatoires et évalués sur les droits et la protection de l’enfant dans les programmes des écoles de formation des secteurs de la sécurité, du travail social et de la justice
  • Doter les professionnels visés d’outils et des compétences nécessaires pour faire face aux défis liés à la protection des droits de l’enfant
  • Renforcer les mécanismes de coordination entre ces différents intervenants et intervenantes

Nos résultats

Cette année, de multiples activités ont été mises en oeuvre : la production et la diffusion d’un état des lieux du système de protection de l’enfant au Burkina Faso, la réalisation de voyages d’échange entre professionnels au Togo, au Bénin, en Tunisie et au Sénégal, la validation par les ministères concernés de trousses de formation ou encore l’élaboration de stratégies de plaidoyer et d’égalité des genres. Les premiers résultats sont :

  • Le personnel du secteur social et du secteur de la justice ayant participé aux ateliers de développement des trousses de formation ou de modes opératoires mentionne avoir commencé à modifier certaines de ses pratiques professionnelles et à offrir des services plus respectueux des principes de la protection et de la participation des filles et des garçons.
  • L’engagement des autorités dans l’atteinte des objectifs déterminés par le projet s’est accru en cette 3e année de mise en oeuvre, ouvrant la voie vers un renforcement durable de l’environnement sécuritaire, judiciaire et social pour les enfants du Burkina Faso.
  • Les méthodes d’enseignement proposées à travers les trousses de formation (andragogie, outils audiovisuels) sont unanimement appréciées et constituent, selon les partenaires, une avancée majeure au niveau de la formation initiale au Burkina Faso. Des adaptations du système d’enseignement professionnel ont notamment été amorcées dans le secteur social, afin de pouvoir appliquer ces nouvelles techniques et ces nouveaux contenus.
  • Le travail effectué au niveau des instituts de formation du travail social (INFTS) et de la magistrature (ENAM) a suscité un véritable enthousiasme de la part des partenaires locaux, qui souhaiteraient dorénavant élargir les activités à d’autres filières et élèves au sein des écoles.
  • Une étude est en cours au sein du ministère de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique, afin de modifier l’organigramme, le fonctionnement et le nom de la Direction des affaires sociales et de la réinsertion, pour une approche plus inclusive des principes de protection de l’enfant.
  • Lieux d'intervention : Ouagadougou
  • Durée du projet : 2015 - 2020
  • Partenaires :
    • L’UNICEF
    • Le ministère de l’Action sociale et de la solidarité nationale burkinabè
    • L’Institut national de formation en travail social, l’École des cadres moyens en travail social, l’École nationale de police, organisations de la société civile
    • Ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille
    • Ministère de la Défense nationale et des anciens Combattants
    • Ministère de la Sécurité, ministère de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique
    • École nationale d’administration et de magistrature (ENAM)
    • École des cadres supérieurs en travail social, École nationale de police
    • Académie de police, École nationale de gendarmerie, École nationale des sous-officiers de la gendarmerie, Centre national de qualification des sous-officiers de la gendarmerie
    • Autres organisations nationales et internationales
  • Faits saillants :
    • Élargissement de la cible du projet aux gardes de sécurité pénitentiaires prévu en 2019
    • Près de 1 300 000 d'enfants ciblés par le projet
  • Champs d’action et d’expertise :
    • Renforcement des capacités
    • La recherche appliquée
    • Les outils, guides de références et développements normatifs
    • L’animation de formations
    • Enfants et justice