Projets

Deuxième atelier régional de réflexion sur les compétences-clés et le renforcement des ressources humaines pour la protection de l’enfance en Afrique de l’ouest et du centre


Esprit d’initiative, flexibilité, et engagement soutenu de l’IBCR afin que tous les enfants vulnérables du Tchad puissent jouir de leurs droits, dont ceux d’être protégés contre toute forme d’abus, de violence et de discrimination
Madame ZARA RATOU, Directrice de l’Enfance du Ministère de la Femme, de la Protection de la Petite Enfance et de la Solidarité Nationale (Tchad)

Durée de l'atelier: 12 au 15 avril 2016

Suite aux recommandations de l’étude cartographique des offres de formation en travail social menée en 2014 par le CPC Learning Network (« Formation de la ressource humaine dans les services sociaux : Région de l’Afrique Centrale et de l’Ouest ») et qui ont montré une grande variété dans l’offre et la qualité de la formation en matière de travail social disponible dans les différents pays de la région, l’UNICEF commanditaire de l’étude, le Bureau international des droits des enfants (IBCR), Terre des hommes - Lausanne (Tdh) et le Service Social International (SSI) ont convenu de porter au nom du Groupe Régional sur la Protection de l’Enfance (GRPE)  une initiative inter-agence sur le renforcement du travail social dans la région.

Cette initiative s’inscrit en outre dans une dynamique de collaboration entre le GRPE et la CEDEAO, concrétisée à travers un plan d’action issu de la rencontre entre la Commissaire chargée des Affaires Sociales et Genre de la CEDEAO et le GRPE tenue à Dakar le 14 juillet 2014.

Dans le cadre de ce projet conjoint entre SSI, Tdh, l’IBCR et l’UNICEF, une première rencontre s’est tenue à Dakar en décembre 2014 et a vu la participation de neuf écoles/universités de la région provenant de sept pays (Côte d’Ivoire, Ghana (2), Bénin, Burkina Faso, Guinée-Bissau, Sénégal (2) et Mauritanie). D’autres membres du GRPE, comme ENDA TM et le MAEJT, ainsi que la CEDEAO, ont été également invités à participer à l’atelier.

Cet atelier constituait la première étape dans la création d’un réseau régional pour le renforcement des ressources humaines et de l’offre de services sociaux en Afrique de l’Ouest et du Centre, et s’est soldé notamment par l’adoption d’une feuille de route.

Conformément à ce document, des consultations/réflexions ont été menées dans les pays suivants par les partenaires : Sénégal et Guinée Bissau (SSI) ; Bénin, Burkina Faso, Burundi, Mali, Mauritanie, Togo (Tdh) ; Togo, Burkina Faso, Tchad et République démocratique du Congo (IBCR). Une proposition de grille des compétences des travailleurs sociaux a par ailleurs été élaborée par Tdh à partir des conclusions de ses consultations nationales. Cette grille s’est inspirée d’autres documents et de leurs démarches, notamment du travail de l’IBCR sur les compétences-clefs des forces de sécurité travaillant avec les enfants.

Dans la suite de ce processus qui est toujours guidé par les recommandations de l’étude ainsi que les consultations nationales, il était prévu que ces partenaires organisent un deuxième atelier régional pour soutenir la conception des compétences de base relatives aux travailleurs sociaux, avec le soutien des parties prenantes clés dans chaque pays.

C’est ainsi qu’en avril 2016, la ville de Cotonou au Bénin a accueilli huit délégations nationales à l’occasion du deuxième Atelier régional de réflexion sur les compétences-clés et le renforcement de la ressource humaine pour la protection de l’enfance en Afrique de l’ouest et du centre.

Nos objectifs

D’un pays de la région à un autre, et même l’intérieur d’un pays, la sphère de l’action sociale présente une très grande variété sur tous les paramètres (cadre normatif, cadre institutionnel, ressources, etc.). Cette disparité est particulièrement remarquable au niveau des ressources humaines – cible de ce projet – notamment en ce qui concerne les formations, les tâches, rôles et responsabilités, les outils et procédés de travail, les profils des personnes qui interviennent dans ce secteur, le niveau de qualité des résultats produits, et même la perception de ces aspects par les personnes concernées.

La diversité en soi n’est pas indésirable. Elle recèle de nombreux atouts, parmi lesquels des potentialités d’enrichissement mutuel. Par ailleurs, la sphère sociale dans les pays de la sous-région possède des atouts indéniables, dont le système endogène de protection de l’enfant n’est pas de moindre.

En général, les pays concernés se rencontrent sur plusieurs points : similarités des problématiques affectant les enfants, langue française, collaboration de longue date sur d’autres plans (économique, défense et sécurité, enseignement supérieur et formations professionnelles, etc.).

Cependant, force est de constater que la prévention et la réponse aux facteurs de risque qui menacent l’enfant en Afrique de l’ouest et du centre, sont loin de garantir à ce dernier les conditions de protection auxquelles il a droit conformément aux normes nationales, régionales et internationales applicables. Chaque acteur du système de protection a sa part de responsabilité dans l’atteinte (ou non) du but ultime et commun qui est le bien-être de l’enfant et son développement harmonieux. S’agissant des acteurs sociaux, considérant la très grande variété telle que relevée dans les études mentionnées plus haut, la compréhension claire des ressources humaines sur lesquelles la sphère sociale peut compter pour jouer son rôle effectivement et efficacement reste un défi.

Ce projet conjoint de SSI, Tdh, l’IBCR et l’UNICEF cible donc les ressources humaines de l’action sociale et vise à capitaliser les atouts, identifier les besoins et envisager des solutions, particulièrement en matière de développement des capacités et de renforcement de la collaboration à l’intérieur des pays et entre les pays de la sous-région.

S’inscrivant dans la suite prévue des activités précédentes de ce projet, le deuxième atelier régional avait pour objectifs :

  1. Partager les résultats des différentes consultations nationales menées depuis décembre 2014
  2. Identifier des pistes de collaboration, de coordination et de synergie renforcées entre les différents groupes-clés d’acteurs du travail social pour la protection de l’enfant en Afrique de l’Ouest et du Centre
  3. Réviser la feuille de route sur le renforcement du travail social (issue de l’atelier de décembre 2014) et initier la réflexion sur les compétences-clés en travail social pour la protection de l’enfant en Afrique de l’Ouest et du Centre

Nos réalisations

En plus de partager et commenter les résultats des consultations nationales, l’atelier a permis d’approfondir la discussion sur les groupes d’acteurs sociaux et la collaboration entre eux, et d’arrêter une proposition de cadre de compétences-clefs des acteurs sociaux de la protection de l’enfant. La rencontre a culminé en l’adoption de documents de suivi pour la mise en œuvre des recommandations : des plans d’action nationaux au niveau de chaque pays et une feuille de route au niveau régional, le tout consigné dans un rapport.

  • Lieux d'intervention : Cotonu
  • Durée du projet : 12 au 15 avril 2016
  • Partenaires :
    • UNICEF (Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre)
    • Terre des hommes
    • Service Social International (SSI)
    • MAEJT (Bénin, Burkina, Sénégal)
  • Faits saillants :
    • Huit délégations de pays africains ont participé à l’atelier : Bénin, Burkina Faso, Côte d’ivoire, Mauritanie, Sénégal, République démocratique du Congo, Tchad, Togo
  • Champs d’action et d’expertise :
    • Le plaidoyer et l’accompagnement institutionnel