Journée mondiale de l’enfant africain

Ce mardi 16 juin marque la 30ème journée mondiale de l’enfant africain. Cette journée particulière est l’occasion pour nous de revenir sur nos projets majeurs en Afrique, où nous œuvrons depuis plus de 25 ans. De la République Démocratique du Congo au Maroc, en passant par l’Angola et le Burundi, nous agissons pour que les enfants de tous les pays d’Afrique puissent jouir de leurs droits, en toute égalité et en toute circonstance.

La date du 16 juin a été choisie pour commémorer les émeutes du 16 juin 1976 à Soweto (Afrique du Sud), durant lesquelles des centaines d’enfants ont été massacrés alors qu’ils marchaient pour leur droit à l’enseignement et à l’égalité pendant l’apartheid. Depuis, cette date a été choisie pour représenter la jeunesse africaine et ne pas oublier ce terrible événement.

La participation de l’enfant au cœur de nos actions en Afrique

Pour célébrer tous les enfants, d’Afrique et d’ailleurs, et mettre en avant leurs spécificités, l’IBCR accorde une grande place à leur participation dans tous ses projets. Parce que nous sommes convaincus que les filles et garçons ont un rôle à jouer dans la défense de leurs droits dès à présent, nous mettons l’écoute, la participation et la protection de l’enfant au cœur de toutes nos actions.

Avec près de la moitié de sa population âgée de moins de 18 ans, l’Afrique est un continent jeune et dynamique, dont les enfants sont à même d’exprimer leurs besoins et de défendre leurs droits. En tant qu’organisation dédiée à la protection de ces droits, nous nous devons de les écouter. Nos projets en Afrique accordent ainsi une large place aux rencontres et échanges avec les enfants. Des rencontres et ateliers sont organisés pour leur permettre de donner leur avis, partager leur point de vue et leur réalité. Dans certains de nos projets, ils prennent également part à la création de formations qui seront dispensées aux professionnels chargés de les protéger afin d’assurer que celles-ci soient représentatives de leurs réalités et de leurs situations, et répondent au mieux à leurs besoins. 

Dans le cadre de nos projets pluriannuels au Burkina Faso et en République Démocratique du Congo, les enfants ont participé de différentes manières. En 2017, nous avons par exemple travaillé avec plusieurs groupes d’enfants de Ouagadougou et de Kinshasa, pour la plupart en situation de rue et hébergés par des associations et ONG locales. Dans ce cas, ils ont ici participé activement à la création de formations et d’outils audiovisuels par le biais de rencontres et d’ateliers théâtraux animés par des comédiens de la troupe Les Béjarts et des membres de l’IBCR. En savoir plus. 

Activité à Ouagadougou, 2017

Au Burkina Faso, une journée de l’enfant africain placée sous le signe de la justice

Dans le cas du Burkina Faso, la journée de l’enfant africain a pour thème cette année « L’accompagnement adapté de l’enfant en contact avec la justice ». Un thème en lien direct avec notre projet dans le pays, dont les outils et formations destinés aux professionnels travaillant avec les enfants sont orientées autour de cet angle.. Dans le cadre de cette journée, l’équipe locale de l’IBCR a participé à plusieurs activités :

  • Co-animation d’un atelier de réflexion sur la justice pour mineurs et les mesures alternatives à l’emprisonnement le 12 juin
  • Participation à la cérémonie commémorative de la JEA le 16 juin, organisée par le MFSNFAH sur le thème « assurer l’accès à la justice adaptée aux enfants dans un contexte de crise sécuritaire »
  • Enregistrement d’une émission de télévision dans le cadre du projet cap enfance positive de la chaîne BF1. Elle sera diffusée le 17 juin avec pour thème : « une approche multisectorielle pour améliorer l’accompagnement de l’enfant en contact avec la Justice au Burkina Faso ».

Enregistrement de l’émission pour BF1

Nos projets complétés

Ailleurs en Afrique, plusieurs de nos projets ont également accordé une large place à la participation de l’enfant. Nous vous invitons à lire ou relire ces nouvelles qui donnent un aperçu de certains de ces projets:

Madagascar
L’IBCR, en partenariat avec l’UNICEF et le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme de Madagascar, a mené une étude sur les violences faites aux enfants afin de dresser un portrait des cycles de violence dont les enfants sont victimes dans leur famille, dans les écoles et dans les milieux de travail.
Les paroles, vécus, opinions et propositions des enfants ainsi que des actrices et acteurs de protection ont été le pivot central de cette étude. Plus de 700 jeunes ont ainsi été consulté(e)s sur leur expérience et perception de la violence dans leur vie quotidienne.
En savoir plus. 

Maroc
Dans le cadre du Programme de coopération volontaire PRODEF, un Conseil municipal des enfants a été mis en place par l’association Bayti à Essaouria, en partenariat avec les jeunes, leurs parents et le conseil communal de la ville d’Essaouira, et avec le soutien financier de l’ambassade de France au Maroc.
En savoir plus.

Tunisie
Avec Gözde Erdogan, conseillère juridique dans le cadre du programme de coopération volontaire, L’IBCR a travaillé sur un projet avec l’organisation ADO+ pour offrir un espace créatif de réflexion et d’encadrement pour des adolescent(e)s dans leurs actions de plaidoyer. Le projet intitulé « Académie junior de la culture politique » a permis de conscientiser et renforcer les capacités de plusieurs adolescent(e)s sur les techniques de plaidoyer pour l’acquisition de leurs droits civiques. À la lumière des compétences acquises, ces adolescent(e)s ont analysés les lacunes dans leur municipalité afin de mener un projet de plaidoyer.
En savoir plus.