Le Bureau offre un appui technique aux institutions de formation spécialisées (écoles de magistrature, académies policières ou militaires, écoles de travail social, etc.) pour que soient intégrés des cours permanents, obligatoires et évalués sur les droits de l’enfant dans les cursus de formations professionnelles nationales. Le Bureau forme également du personnel dans tout exercice de développement d’outils de formation, de cartographies institutionnelles, de développement de modes opératoires normalisés, de développement de systèmes de compilation et de traitement de données ou encore d’appui à la décentralisation des services.

Comment agissons-nous?

Le renforcement des capacités dans les centres de formations professionnelles

Que ce soit dans le cadre de formations des forces de défense et de sécurité (policiers, gendarmes, gardes nationaux, militaires, brigades de protection des mineurs, etc.), de personnel de justice (magistrats, procureurs, greffiers, juges pour enfants, avocats, etc.) ou encore de travailleurs sociaux (assistants et travailleurs sociaux, para-professionnels, etc.) , les acteurs visés doivent pouvoir contribuer activement au renforcement de leurs propres capacités en matière de protection de l’enfant. Le Bureau adopte avant tout une approche participative respectueuse des besoins exprimés par les acteurs nationaux. L’objectif de tout projet de renforcement de capacités est l’intégration de manière permanente de modules portant sur les droits et la protection de l’enfant dans les formations initiales et spécialisées permanentes des centres d’instructions nationaux. La méthodologie appliquée se décline généralement en quatre phases :

  • La rédaction d’un état des lieux avec, entre autres, la mise en place d’un atelier de cadrage, des entretiens avec les parties prenantes et des séjours d’observation dans les écoles et sur le terrain.
  • Le développement de trousses de formation complètes et détaillées, approuvées au cours d’un atelier de validation.
  • La formation de formateurs permettant de certifier par un processus rigoureux et évalué le personnel enseignant.L’accompagnement des écoles lors du suivi des premiers cours enseignés par le personnel certifié. Présent, le Bureau offre son appui aux instructeurs tout en tenant compte de l’efficacité des cours. Les trousses de formation sont alors ajustées pour s’enrichir de ces expériences pilotes.

Jusqu’à ce jour, plus de 25 pays ont mandaté le Bureau pour les soutenir dans leurs efforts de renforcement des capacités, dont l’Afghanistan,  le Burkina Faso, le Cameroun, le Costa Rica, l’Irak, la Jordanie, la Lybie, le Rwanda, le Tchad, la Tunisie et le Yémen.

Le renforcement des capacités au sein d’organismes de la société civile

Manara 1Le Bureau est convaincu que les organismes de la société civile ont un rôle vital à jouer dans la protection des droits de la personne en général et de l’enfant en particulier. L’objectif de cette programmation est donc de soutenir et de renforcer les capacités les organismes locaux, notamment pour l’analyse et la rédaction d’analyses, la coordination et le réseautage au niveau régional, les activités de plaidoyer, l’intégration systématique des droits de l’enfant dans les programmes nationaux ou encore la formation de personnel sur des enjeux précis. Le projet « Manara » aura ainsi permis de renforcer les compétences de 12 organismes partenaires de neuf pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, leur permettant de documenter les avancées et les enjeux en matière de protection de l’enfance dans la région et de contribuer au système de surveillance générale.

Le renforcement des capacités d’ordres professionnels

Fort de son expertise en renforcement des capacités au sein d’écoles professionnelles, le Bureau peut également intervenir dans tout ordre professionnel engagé dans la protection et la promotion des droits de l’enfant, tels les avocats, les travailleurs sociaux ou les enseignants.  Conjointement avec son partenaire péruvien, le Bureau a par exemple élaboré des formations contre la traite de personnes pour les défenseurs publics chargés de l’aide juridique, et développé une large campagne médiatique pour informer la population de ses droits et des dangers de la traite.

Nos autres expertises techniques