Les questions liées à l’équité entre les garçons et les filles restent souvent confinées à des secteurs spécifiques, comme l’accès à l’éducation ou la prévention des violences sexuelles. L’action du Bureau vise à élargir ce spectre d’action, à promouvoir l’importance de l’épanouissement personnel des filles et à valoriser leurs apports au progrès social.

Comment agissons-nous?

La participation des filles

Valorisation filles p2Les enfants ont le droit d’exprimer leur point de vue et d’être des participants actifs de leur propre vie.  Depuis l’introduction du concept de l’enfant sujet de droit par la Convention relative aux droits de l’enfant en 1989, le Bureau travaille pour que la participation des filles soit une partie intégrante de la lutte en faveur du respect intégral des droits de l’enfant. En mettant l’accent sur l’engagement des filles dans une grande partie de ces programmes, le Bureau veille à ce que leur voix, leur parcours et leurs perceptions de l’avenir soient entendus et valorisés. L’analyse comparative sur la violence à l’égard des enfants en milieu scolaire au Liban, au Maroc et au Yémen ou encore la réalisation des profils nationaux au Moyen-Orient et en Afrique du Nord sont des exemples de la participation active des filles dans le processus d’élaboration et de déroulement d’un projet.

L’équité des sexes

La prise en compte des questions liées à l’égalité entre les hommes/garçons et les femmes/filles dans les documents produits par le Bureau (états des lieux, trousses de formation, rapports…) fait partie des objectifs fixés par l’organisme. Le Bureau travaille ainsi sur des modules portant sur l’équité entre les sexes et les violences à caractère sexuel ou sexiste, sur l’analyse des violations des droits des filles et des garçons ou encore sur la recherche de données ventilées selon le sexe. C’est dans une volonté constante d’améliorer ses façons de faire que le Bureau organise également des formations internes sur l’équité des sexes pour une intégration de cette approche dans les projets.

La lutte contre les mariages précoces et forcés

Dans le cadre de la lutte contre les mariages forcés ou précoces, le Bureau favorise les échanges  internationaux sur les expériences et politiques en lien avec ce phénomène. Une table ronde a notamment été organisée avec l’appui d’Affaires mondiales Canada afin de permettre aux experts de la société civile et aux employés présents de mettre en commun les leçons tirées dans la lutte contre les mariages forcés et précoces, les crimes d’honneur et autres pratiques préjudiciables envers les filles.

Nos autres domaines d’interventions