Avec ses partenaires, le Bureau travaille à prévenir toutes formes d’abus, de violence, d’exploitation et de négligence à des fins sexuelles, incluant la pornographie mettant en scène des enfants, la traite, la prostitution, les mariages précoces ou forcés, le tourisme sexuel et les violences sexuelles. Le Bureau collabore ainsi avec les gouvernements, les institutions publiques, le secteur privé formel et informel et les communautés afin de lutter contre l’exploitation sexuelle des enfants et valoriser la parole des enfants impliqués ou susceptibles de l’être.

Comment agissons-nous?

La lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants dans le tourisme et l’industrie du voyage

exploitation sexuelle posterLa lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants dans le tourisme et l’industrie de voyage est l’un des objectifs prioritaires du Bureau. Représentant canadien du Code depuis 2011, le Bureau cible par ses actions le secteur formel et informel de l’industrie touristique, la fin de la tolérance sociale vis-à-vis de l’exploitation sexuelle des enfants et la poursuite des personnes impliquées ou favorisant le tourisme sexuel impliquant des enfants. Les interventions du Bureau prennent autant la forme de campagnes de sensibilisation, telle que celle sur les lois extraterritoriales menée auprès du grand public, que de projets multi-annuels de renforcement des capacités des acteurs de première ligne. Ce type d’actions exige notamment des diagnostics préliminaires, des exercices de cartographies, le développement de stratégies d’information-formation et le renforcement des capacités des réseaux locaux et des acteurs de la protection de l’enfance.

La lutte contre la traite des enfants

Selon le Protocole de Palerme, ratifié par le Canada en mai 2002, la traite des enfants se définit par le recrutement, le transport, l’hébergement ou l’accueil d’un enfant aux fins d’exploitation, comme l’exploitation sexuelle et le travail forcé. Pour lutter contre ce phénomène, le Bureau vise trois objectifs généraux : (1) faire en sorte que les droits des enfants victimes de traite soient mieux protégés, (2) prévenir la traite d’enfants, et (3) contribuer à la réduction de la criminalité en favorisant une meilleure compréhension de la problématique de la traite d’enfants. Le Bureau est ainsi intervenu au Québec, au Pérou, au Costa Rica et en République démocratique du Congo, au moyen d’études, de campagnes de sensibilisation et de formations d’intervenants communautaires travaillant auprès des jeunes.

La lutte contre les violences sexuelles

Les violences sexuelles contre les enfants constituent une grave violation de leurs droits et demeurent une réalité touchant tous les pays, les sociétés et les groupes sociaux. Face à cet enjeu, le Bureau agit pour que les droits des enfants victimes ou susceptibles de l’être demeurent au centre des responsabilités des institutions gouvernementales et non gouvernementales. Au Burundi, le Bureau a procédé à une étude sur l’ampleur et les manifestations de l’exploitation sexuelle des filles et des garçons, au cours de laquelle près de 300 enfants incarcérés, vivant de la prostitution, dans la rue, employés comme domestiques, dans l’industrie de la pêche ou autres, ont été interrogés.

Nos autres domaines d’interventions