Lors de situations d’urgence, le Bureau vise la protection des droits de l’enfant tant dans des contextes de crises causés par l’homme – et particulièrement dans les situations de conflits armés – que lors de catastrophes naturelles, d’épidémies ou de changements climatiques.

Qu’est ce qu’une situation d’urgence ?

L’IBCR définit la situation d’urgence comme une situation extraordinaire d’un État ou d’une communauté caractérisée par une crise humanitaire et qui met en péril les conditions de vie minimales, la sécurité, la santé et la survie des populations, et qui nécessite une intervention rapide et coordonnée. Ces situations peuvent être causées par des catastrophes naturelles (tremblement de terre, tsunami, éruption volcanique), des changements climatiques (inondation, désertification, famine, sécheresse), des épidémies, (rougeole, VIH, virus Ébola), ou encore des conflits armés.

Depuis 2010, la protection des enfants en situation d’urgence est considérée par les Nations Unies comme une intervention qui permet de sauver des vies, au même titre que la distribution de vivres ou la prestation de soins de santé d’urgence.

Comment agissons-nous?

De par son mandat, le Bureau international des droits des enfants est une organisation qui met en œuvre des activités qui viennent compléter les initiatives d’assistance directe. Le Bureau vise ainsi la protection et la promotion des droits de l’enfant contre les abus, la négligence, l’exploitation et la violence lors des situations d’urgence en participant au renforcement des systèmes de protection avant, pendant et après ladite crise. C’est ainsi que, depuis plus de 20 ans, le Bureau collabore avec le Département des opérations de maintien de la paix des Nations Unies, l’Alliance pour la protection de l’enfant dans l’action humanitaire, l’Union africaine, Save the Children ou encore l’Agence suédoise de Développement international afin de :

  • Agir sur la préparation des États et des différents acteurs, à faire face aux situations d’urgence en termes de planification et de contingence
  • Renforcer les capacités des acteurs de première ligne (société civile, forces de défense et de sécurité, praticiens et praticiennes du domaine social, personnel de la justice, etc.) et des enfants eux-mêmes de façon à augmenter leur résilience et à atténuer les effets de la crise
  • Appuyer techniquement la mise en place de mécanismes de surveillance et de communication des pires violations des droits de l’enfant, la compréhension et l’application des normes et des lois internationales propres aux contextes d’urgence, ou encore l’intégration de cursus de formation obligatoires avant et pendant le déploiement de personnel militaire, civil ou policier lors d’opérations de maintien de la paix.

Les activités mises en œuvre par le Bureau peuvent ainsi consister en :

  • De la formation des différents acteurs impliqués dans la réponse à la crise portant sur les standards minimums pour la protection de l’enfance dans l’intervention humanitaire
  • Des actions de sensibilisation et de plaidoyer auprès des États et des différents acteurs impliqués dans la réponse à la crise, avec un accent particulier sur la protection de l’enfant
  • Le développement de modes opératoires normalisés pour une meilleure coordination et de meilleurs référencements des cas impliquant des enfants
  • L’élaboration de politiques et procédures internes pour et avec les différents acteurs impliqués, et notamment des politiques de protection de l’enfant
  • La prise en compte d’une participation des enfants dans la conception, la mise en œuvre et l’évaluation de projets dont ils sont les bénéficiaires- dans ses propres interventions, et dans celles des autres

Quelques exemples d’intervention du Bureau:

Le renforcement des capacités des forces de maintien de la paix

Projet-Mondial-Etats-UnisAvec le Département des opérations de maintien de la paix des Nations Unies (DOMP), le Bureau a rassemblé et analysé plus de 300 outils de formation auxquels ont recours les centres de maintien de la paix, les gouvernements, les organisations internationales, les missions de maintien de la paix et les agences onusiennes. Ce projet a été mené afin de former, avant, pendant et après leur déploiement, le personnel civil, militaire et policier appelé à prendre part à des missions de maintien de la paix. Depuis 2011, le Bureau poursuit sa collaboration avec le DOMP et la Police des Nations Unies en produisant des trousses de formation sur la protection de l’enfant destinées aux policiers et aux militaires.

La prévention et la protection des droits de l’enfant dans les conflits armés

Projet-Afrique3En plus du renforcement des capacités des forces de maintien de la paix, notamment en Afrique de l’Est, de l’Ouest et du Centre, l’objectif du Bureau est de rendre accessible des normes internationales pour promouvoir leur application. Parce que le cadre juridique entourant la protection des enfants dans les conflits armés est souvent mal connu de la part des travailleurs humanitaires eux-mêmes, ces derniers font une application limitée des nouvelles lois, résolutions et politiques au quotidien pour veiller à ce que les enfants soient adéquatement protégés. Dans cette optique, le Bureau a publié le guide Les enfants et les conflits armés : un guide en matière de droit international humanitaire et de droit international sur les droits de la personne. Cet ouvrage est devenu un véritable outil de référence pour les acteurs œuvrant auprès des enfants touchés par les conflits armés. Il est accessible en ligne gratuitement en plusieurs langues.

Les interventions en situation de crises humanitaires

Lors d’une situation d’urgence, l’un des mandats du Bureau consiste à établir un état des lieux de la situation des enfants dans un pays ou une région touchés, puis d’émettre des recommandations concrètes afin de prendre en compte les préoccupations relatives à la situation des droits de l’enfant à moyen et à long terme, notamment dans les stratégies et projets de reconstruction. Le Bureau a ainsi coordonné il y a quelques années un forum et un atelier sur la situation des enfants en Haïti, en vue d’émettre des pistes de réflexions sur les solutions à apporter à la situation des enfants haïtiens et d’influencer les stratégies de reconstruction d’Haïti. Plus récemment et à la demande du Groupe de travail sur la protection de l’enfance, le Bureau a mené une enquête à l’échelle mondiale sur les différentes expériences que les enfants vivent en situation d’urgence dans le système judiciaire. L’objectif final étant de contribuer à prévenir et à agir face aux enjeux liés aux situations d’urgence.

Nos autres domaines d’interventions