Les femmes et les jeunes filles déracinées et apatrides confrontées à une menace accrue de violences sexistes durant la pandémie de coronavirus

Le Covid-19 enlève des vies et bouleverse les communautés à travers le monde entier, mais le virus comporte également des risques majeurs en termes de protection pour les femmes et les jeunes filles contraintes de fuir leurs foyers, a déclaré ce jour Madame Gillian Triggs, Haut Commissaire assistante du HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, en charge de la protection internationale.

« Nous devons nous préoccuper d’urgence d’assurer la protection des femmes et des jeunes filles réfugiées, déplacées internes et apatrides en cette période de pandémie. Elles comptent parmi les personnes les plus menacées. Il ne faut pas laisser la porte ouverte aux agresseurs et aucune aide ne doit être épargnée pour les femmes qui ont survécu à des abus et à la violence », a déclaré Gillian Triggs.

Lire le communiqué complet

Source : l’Agence des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR)